Archive

Société

./* À propos de Calme et tranquille de Valérie Manteau, paru aux éditions Le Tripode 2016

Il y a le mystère contenu de cette femme, belle et fragile, le regard vif et la posture blessée d’avant (remise d’aplomb, déterminée), qui participe au cercle passionnant organisé à la Grande Librairie sur le thème de la folie, à l’occasion de son nouvel écrit Sillon. Il y a cette même couverture en traits fin tournesol sur fond anthracite des éditions Le Tripode qui m’attire de son titre précédent et prometteur pour qui cherche une trêve dans la bataille : Calme et tranquille.

6584025lpw-6601963-jpg_3989736

Quelques mots des Écorchés de Noir Désir en ouverture, puis d’autres de Mano Solo suivront, en errant de l’hécatombe de Charlie à celle du Bataclan et en Turquie. En plus des disparitions de grandes voix et plumes de la chanson qui nous font vaciller l’espoir, il y a ces événements qui ont souillé de violence et de tristesse l’actualité française des dernières années, liant musique et mort d’une douloureuse façon.

Et puis l’enchaînement. Assez près pour m’y reconnaître, et distant pour en sourire légèrement. Ma grand-mère s’en est allée, mon gros chat gentil aussi. Charlie ne m’a jamais quittée, d’autres oui. Ils ne furent pas si nombreux, mais il y a eu la fuite, l’effacement, l’alcool, pas les psys ni les médicaments, la trithérapie prophylactique. On déroule les mêmes fils qui attachent une génération, ceux qui la suturent au présent, tirent sur les vieilles cicatrices et lacèrent l’avenir de coupures vives pour lesquelles on se réinvente radicaux.

p. 26 Dans l’émission Koh-Lanta, deux participants font l’heureuse découverte d’un gros panier de fruits et s’enfilent 14 bananes avant de rapporter le reste du butin – deux noix de coco – au campement de starlettes affamées pour le bien de la série télé : “Les traîtres bafouillent, s’embrouillent dans leurs explications, les bananes étaient trop mûres, elles n’auraient pas supporté le voyage ; au début il est question de douze bananes seulement, mais le présentateur ne laisse rien passer, il rectifie, c’étaient bien quatorze bananes et le groupe atterré répète comme l’orange du marchand, quatorze bananes, quatorze bananes, c’est pas possible, quatorze bananes c’est énorme, tout ce qu’on aurait pu faire avec quatorze bananes tu te rends compte, non mais quatorze bananes.” Gilbert Bécaud, un détail.

p. 33 “7 J’ai fait un rêve. Je fais beaucoup de rêves, mon inconscient travaille fort à me trouver des sujets de conversation matinale avec le psy.”

p. 110 “41 J’ai encore dans ma bibliothèque un livre que je ne lui ai jamais rendu. Il me l’avait amené en disant : Tiens, ça va te plaire c’est une fable très peace and love, faites du théâtre pas la guerre, tout ça tout ça. Un groupe multiconfessionnel qui monte Antigone sur la ligne verte à Beyrouth. En plus l’héroïne se suicide, tu vas adorer.” Le Quatrième Mur de Sorj Chalandon, une claque, noir et difficile, si beau et transportant par moments qu’on se ramasse à mordre la poussière sans l’avoir vu venir. Le sol n’est jamais très loin, miné, criblé de trous de bombes et de fractures.

p. 129 “La danse absorbe tout, la violence brute et la suffisance pompière, dégoupille, transforme et jubile dans un grand feu d’artifice narquois.”

C’est écrit, en plein désarroi, armes baissées, avec fatalité. En plein coeur de la tourmente et pourtant d’une lucidité renversante. Abordant la vie personnelle, sexuelle, politique et publique d’un même élan de sincérité et d’affliction. Il faut l’avoir vécu dans la chair et l’extrême pour pouvoir ensuite soutenir chaque mot de ce bouquin-là. Choisis précisément, ces mots, pour ce qu’ils contiennent d’explosif enfermé dans le modeste écrin. Il n’y a pas à gratter bien loin quand on est dans le vrai de la plaie.

p. 76 “Je ne dors pas. Quand j’étais à Paris, pour ne pas zoner chez mes amis je sortais la nuit et j’allais marcher ivre le long du canal Saint-Martin, dans le froid de l’hiver parisien, je me regardais tituber vers le bord de l’eau. J’ai tellement marché, depuis le 11 janvier, que j’ai les pieds détruits et ça ne veut pas guérir. J’enlève mes chaussures et je découvre les dégâts. La psy avec sa plume met la main devant sa bouche. Mes bottines prennent l’eau, les gerçures se mêlent aux plaies, aux bleus. Je n’ai pas vraiment mal. J’ai fait de la danse classique vous savez, longtemps. J’ai appris à me tenir droite même avec les pieds douloureux. La psy rassemble ses esprits. J’aimerais que vous retrouviez le sentiment de la douleur. On va travailler là-dessus. Ça a duré quelques séances. Comme une rééducation. Sentir le sol. Essayer de se mettre sur la pointe des pieds, attendre longtemps, plus longtemps que le déséquilibre, plus longtemps que les crampes de la voûte plantaire, des petits orteils, sentir la cheville qui flanche, et les larmes qui montent. S’allonger pour pleurer.”

Rien de comparable bien sûr. Si ce n’est une profonde empathie pour les dommages collatéraux, et ce sentiment d’abandon vertigineux de l’écriture au moment crucial. Qui disparaît dans le noir froid du gouffre mais visiblement, toujours, accompagne. Histoire de grand-mère.

 

 

Advertisements

Se sont tenus le mois dernier (16 février) des États généraux des soins infirmiers dénonçant l’état d’urgence du système de santé et les conditions de travail plus que critiques du personnel soignant. Ils sont quelques unes, quelques uns de la profession et du milieu universitaire à avoir pris position plus fortement et publiquement ces dernières semaines (dont Marilou Gagnon, Amélie Perron, Patrick Martin et Louise Bouchard dans différents journaux) (1, 2, 3, 4). Sachant les difficultés et représailles rencontrées par le milieu à la moindre prise de parole, et la détresse avérée, il y avait là un moment crucial à saisir.

27973091_10215059731637322_1816974562900758911_n

Crise politique et généralisée

Malaise de circonstance : entre le préavis de l’événement le samedi précédent et le rassemblement de près de 150 manifestants Place Émilie-Gamelin, l’actuel Ministre québécois de la Santé M. Gaétan Barrette (dont beaucoup incriminent les politiques et réclament la tête) précisait le montant de l’augmentation accordée aux médecins spécialistes sur les prochaines années – amenant à terme le revenu moyen de cette tranche aisée du personnel soignant à 450 000$ par an, au 3e rang des provinces canadiennes (5). Largement contestées dans leur application, ces hausses sont également récriées dans le milieu, voire par les médecins eux-mêmes (6), non seulement par principe mais également quant à leurs conséquences néfastes sur le fonctionnement du système. En témoigne l’importante étude menée sur 10 ans de rémunération des médecins au Québec par le chercheur Damien Contandriopoulos et son équipe de l’Institut de recherche en Santé Publique de l’Université de Montréal (7), suscitant dès sa publication la controverse au sein du gouvernement (8).

La vie réelle trouve donc provisoirement refuge au théâtre pour un soir, à l’Usine C dans le quartier Centre-Sud – tout près du CLSC des Faubourgs, en bas de l’Hôpital Notre-Dame et pas très loin du grand complexe en chantier de Saint-Luc et de l’Hôtel-Dieu. Dans les gradins et sur scène, les micros sont ouverts et les langues se délient, à l’abri ou à bout. Tous témoignent d’une crise réelle qui ne fait qu’empirer, mettant en danger et le personnel et les bénéficiaires et le système au complet. Infirmières en sous-effectifs, quarts de travail de 12 à 16 heures en ligne, épuisement et arrêt maladie. Certains ne se remettent pas de la dépression, d’autres se résignent à abandonner le métier. Ceux qui restent encaissent les heures et les horreurs en désespérant que ça change avant qu’ils ne flanchent à leur tour.

Ils relatent les blessures, les erreurs médicales, la fatigue extrême qui met directement à mal la sécurité des patients, de services entiers, et leur propre santé. Personne ne s’en étonne ni ne blâme les « responsables » compte tenu de la pression qu’ils subissent. Sur cette notion de responsabilité d’ailleurs, une réflexion extrêmement pertinente et alarmante est parue depuis, signée par le professeur-chercheur de l’École de travail social de l’UQAM Michel Parazelli, disséquant avec la lorgnette du penseur Gérard Mendel les forces sournoises d’autorité à l’œuvre, particulièrement dans le domaine de la santé et sa régulation politique au Québec, sous le règne de Gaétan Barrette (9). L’analyse décrit « une figure perverse de l’autorité qui ne dit pas son nom et qui crée des ravages psychologiques chez les professionnels. Sous peine d’être dépréciés ou de voir leur poste supprimé, ceux-ci tentent d’être à la hauteur d’attentes impossibles à satisfaire » ; un résumé si proche de l’actualité qu’il fait froid dans le dos. Le cas de l’infirmière Émilie Ricard aura beau accrocher un temps le regard médiatique et s’attirer de nombreux soutiens (10), la situation reste figée. Par dessus tout, si le statu quo prendra sans doute de longues années à bouger, les conséquences graves des réformes passées et en cours n’ont pas fini de se faire sentir et mettront sans doute des décennies à résorber les cicatrices infligées.

Il est pourtant démontré qu’un nombre augmenté d’infirmières sur le plancher engendre une réelle amélioration des soins prodigués et une réduction des erreurs, de meilleurs résultats de santé incluant une réduction de la durée des séjours et des coûts liés, des dynamiques d’équipe enrichissantes. À l’inverse, les sous-effectifs sont non seulement un cercle vicieux, ils aggravent les problèmes. Un finissant relate son choix de retourner aux études tant sa première année de pratique l’a effrayé et découragé. Un infirmier aguerri décrit les mutations des uns pour combler les postes des autres, et comment des infirmières encore en formation se voient raccourcir leur probation et envoyées au feu pour pallier le déficit.

Chaque établissement est différent, tous vont mal, bien futile l’argent investi dans la façade. Certains se réclament de « bonnes conditions » et « pratiques saines » malgré des « -1 » « -2 » quotidiens, de gestionnaires prévenants voire reconnaissants, de temps supplémentaires et gardes visant à encadrer la charge de travail et préserver les intermèdes de récupération. Très vite toutefois, les intervenants reviennent à des constats similaires : le personnel est exploité, négligé, surveillé et mis en garde au moindre écart disciplinaire (à savoir la réticence à faire des heures supplémentaires au titre aussi préjudiciable qu’une demande d’un congé de formation).

La situation n’est pas nouvelle et le ton s’envenime. L’émotion est forte, la patience fragilisée, les enjeux sont trop sérieux pour être plus longtemps méprisés. Tous vont mal, les yeux sont cernés, les mains tremblent, la rumeur monte. On ne peut plus se targuer de cas isolés quand les statistiques catastrophiques croissent à chaque heure d’une même journée. Ne parle-t-on pas de plus de la moitié de la profession relatant un indice élevé ou très élevé de détresse psychologique au travail ?

D’où vient le mal ?

Ces états généraux s’accompagnaient bien sûr d’un peu de rhétorique, de théories, de principes, d’histoire des politiques et rapports de commissions, en plus des mots crus et signaux d’alarme lancés.

Acteurs du milieu, au plus près des patients et force majeure du secteur de la santé, ils évaluent les dégradations de réformes successives et analysent clairement les dysfonctionnements et leurs conséquences, mais plus encore les sources problématiques, auxquels ils sont même prêts à proposer des solutions. Malheureusement, ils sont à peine entendus, jamais écoutés, encore moins compris, d’où un besoin criant de tribune publique et de considération politique. Y’aurait-il de sérieux problèmes de surdité, de déni voire d’amnésie chez nos gouvernants ?

Parmi les bêtes noires qui ont dramatiquement fait leurs preuves :

  • le TSO : le temps supplémentaire obligatoire ne se refuse pas, en complément du temps supplémentaire volontaire. Si votre chef d’équipe l’estime indispensable (pour cause d’urgence ou de sous-effectif par exemple) vous resterez davantage d’heures debout et opérationnel. Le système a pour effet que le personnel infirmier s’auto-impose « volontairement » le maximum d’heures supplémentaires afin de ne pas se voir attribuer aléatoirement des heures supplémentaires « obligatoires ». Cette absurdité de fonctionnement est la seule façon de garder une maîtrise de son horaire, quitte à turbiner plusieurs fin de semaine d’affilée, l’unique moyen de pouvoir prévoir et préserver quelques moments de congé pour souffler.
  • le Lean / méthode Toyota : aucune surprise à ce que des méthodes d’optimisation de la rentabilité et de la productivité industrielles n’aient pas à cœur le bien-être de la main d’œuvre et fassent des ravages humains lorsqu’appliquées à des domaines tels que la santé et les services sociaux. Il s’agit de limiter les effectifs sur le terrain en maximisant leur rendement, l’économie salariale finançant directement la mise en place de cadres gestionnaires grassement payés pour superviser le tout. Concrètement, une entreprise extérieure vient mesurer le temps requis pour chaque geste à poser par type de soin et patient en fonction de statistiques de fréquentation, et en déduit des standards chronométrés au plus serré qui deviennent la norme à respecter. L’humanisation des traitements prend immédiatement la porte, le personnel est considéré mécaniquement et surveillé à la loupe en plus d’être taxé d’incompétence peu importe le résultat des soins promulgués dès lors que ceux-ci prennent trop de temps.
  • l’excuse de la « vocation » : ce que Gérard Mendel résumait ainsi dans son analyse de l’auto-autorité en vogue : « Il est exigé de l’individu qu’il se donne toujours davantage à l’entreprise et qu’il lui offre volontairement certaines de ses ressources de sa personnalité jusque-là réservées au domaine de la vie privée. Il faut qu’elle devienne pour lui rien moins que l’objet de son désir et qu’il mette à son service son moi profond et sa créativité. » (11) C’est pourquoi le monde infirmier se défend corps et âme d’être encore les « bonnes sœurs » d’une société d’il y a plus d’un siècle, vision conservatrice complètement érodée.

C’est comme si, osons-le, le pouvoir politique en charge visait le démembrement du système : trop atteint, complexe, pernicieux, on évite les palliatifs ou les amputations à risque, on ne cherche même plus à soulager la douleur, au contraire on le fait attendre plus longtemps, et surtout on l’injecte d’infections, on l’étouffe sous l’oreiller la nuit et on l’empoisonne le jour. Mieux : on fusille le personnel, les plus dévoués. Et on les rend, de par leur engagement déontologique, responsables des conséquences des conditions déplorables et malsaines dans lesquelles ils sont forcés de poser leurs gestes.

Perversion du système

Tous vont mal : du préposé aux bénéficiaires qui a dû abandonner après 31 ans de métier au finissant de l’école qui pense quitter dès sa première année. Tous vont mal : de celle qui s’est résignée au temps partiel pour durer plus longtemps à la gestionnaire d’une équipe parfaite qui voit les têtes perdent pied. Tous vont mal, de ceux qui désertent au Nord à ceux qui se taisent et semblent abandonner leurs collègues tant ils craignent les avalanches d’heures, les sales besognes, ou que la porte ouverte aux récriminations soit le début pour eux d’une chute sans fond.

Or la perversion autoritaire nommée plus haut par le professeur Parazelli est essentielle à la compréhension de la dérive actuelle du système et au mutisme de ses acteurs les plus touchés. En termes juridiques en effet, la situation dans laquelle se retrouve une majorité du personnel infirmier s’apparente dangereusement à la définition de conditions de harcèlement en milieu professionnel, attestant une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits et à la dignité, d’altérer la santé physique ou mentale ou de compromettre l’avenir professionnel, mais dans ce cas précis et avancé de façon généralisée.

Des infirmières ont courageusement élevé leurs voix et énuméré dans des termes clairs ces abus et leur gravité : « Diverses formes de harcèlement, de mises en garde verbales, d’avertissements, de violence émotionnelle, de confrontation — souvent publique —, d’intimidation, de menaces et d’ostracisme attendent les infirmières qui seraient tentées de se faire résistantes. Des infirmières rapportent également un surcroît de surveillance de la part des gestionnaires d’unité ou de leurs assistantes, la dégradation soudaine des relations avec leurs supérieurs, des tensions qui perdurent par la suite et qui sont souvent irréversibles, de l’acharnement, des sanctions plus fréquentes, des sommations de passer au bureau, des notes disciplinaires au dossier, le fait d’être étiquetées. Les suspensions et même le congédiement, bien que moins courants, sont bel et bien possibles […]. » (12)

La culpabilisation inhérente à de tels cas rend complexe la distinction entre harcèlement subi et responsabilité personnelle, en ce qu’elle sape directement la confiance de l’employé en lui-même et en la qualité de son travail. Et parce que la victime de harcèlement professionnel est tenue responsable de ses actes mais privée du contrôle des circonstances dans lesquelles elle pourrait exécuter ces actes optimalement, elle est irrémédiablement poussée en situation de crise car il en relève de son engagement sans mesure dans son travail ; celui-ci reflétant de nos jours une part considérable de nos vies, de notre temps, de notre utilité sociale et donc des bases de notre identité.

En revanche, les autorités littéralement responsables de la dégradation des conditions de travail en cause, de l’augmentation des risques et de la baisse des effectifs sur le terrain ne sont, elles, jamais remises en cause dans leurs décisions et les impacts négatifs observés. C’est l’exécutant qui est blâmé, pas celui qui commande ou gère n’importe comment. Au minimum, si tout repose sur le personnel infirmier – erreurs, surmenage, coûts, rendements et faiblesse psychologique compris -, qu’on leur accorde enfin la valorisation de leur expertise, leur capacité de diagnostic, leur autonomie d’action et toute la reconnaissance sociale due.

* * *

(13) Je ne suis pas un (bon) soldat

Il y a 10 ou 15 ans, j’ai tourné le dos aux sciences politiques qui se dévoilaient trop stratégiques, démagogiques et hypocrites, pour me soucier des système de santé délivrant les meilleurs soins, équitables, respectueux, accessibles. Étudiante chercheure au département d’administration de la santé à l’Université de Montréal, je me penchais avec mes professeurs, collègues et en classe sur l’organisation du système de santé québécois, l’intégration de pratiques gestionnaires dans la culture médicale, la coordination des différentes lignes d’intervention et des établissements de soins par spécialité, et les mesures de performance et d’accréditation pour des services optimaux à la population. Je suivais des cours de management, d’éthique internationale et de valeurs publiques, de comparaison des politiques et contextes culturels, des études de cas juridiques d’erreurs médicales et de plaintes de patients aussi.

Il y a 10 ou 15 ans à l’université, quelle que soit l’orientation des recherches et des discours, il était bien clair que tout devait se faire dans l’intérêt des individus – à comprendre plus largement lorsque nécessaire “dans l’intérêt de la collectivité” : ceux qui constituaient la force de travail active, ceux qui élèveraient les enfants de la société de demain, ceux qui faisaient face à la maladie ou à la vieillesse, ceux qui n’avaient pas les moyens de saines habitudes de vie, ceux jugés inaptes de consentement médical, ceux qui se dédiaient à sauver des vies… Cela fait des décennies que, des cerveaux émérites aux étudiants en formation, tous défendent l’importance de résister à la privatisation des biens publics, de privilégier l’investissement dans les domaines sociaux d’avenir tels que l’éducation et la santé, de protéger les ressources humaines et environnementales des logiques d’exploitation dominées par l’argent, d’avoir pour considération primordiale les inégalités. J’ai du mal à croire aujourd’hui, après autant d’évidence scientifique (14) et de témoignages humains, que l’on pollue à ce point ce qui fait l’avancement de l’espèce. Que l’on prête de moins en moins, au final, d’importance aux gens, à leurs différences, à leur histoire et leur savoir, à leur santé et leur équilibre en général, parce que l’on ne considère plus qu’ils valent autant qu’une belle auto, qu’une liasse de billets corrompus, qu’un échelon hiérarchique dans la grande pyramide de la domination.

Travailler avec passion est une chose, s’investir jusqu’à se brûler dans ce que l’on fait est totalement contradictoire, improductif, une aberration qui s’avère vaine à très court terme. On y perd de vue le sens de son engagement premier, on met en péril les objectifs que l’on vise. Et puis on effrite la passion, on se démobilise, on abdique. On s’oublie également soi-même dans cette désertion du système. Soit, les systèmes sont imparfaits, ils sont le fruit de gens et l’héritage de générations, et les erreurs commises servent en fait à ne pas être répétées de la même façon. Car l’erreur est humaine, comme le système. Ceux qui montrent le moins d’humanité par exemple, ne sont pas les machines, mais bien les fous qui les guident, du haut de leur “raison” franchement financière et de leurs ambitions démesurées, réalistement destructrices. Ce sont ces mêmes illuminés, aveuglés de chiffres qui n’ont rien compris à la teneur de l’acte infirmier, qui transforment les soignants en machines, en soldats, bientôt zombies dépressifs. Mais nous ne sommes pas des soldats, nous sommes des gens chargés de compassion et capables d’erreurs comme de magie, si nous disposons d’assez de liberté et d’espace pour la créativité.

Je ne suis plus ce soldat, même si des fois encore je m’enfarge à pointer aux aurores. Je ne suis pas un nombre d’heures supplémentaires qui explose des records, ce qui n’enlève par ailleurs rien à la qualité de mon engagement. Je serais susceptible d’être plus vive, alerte, sociable et confiante une fois reposée, me sachant respectée et appuyée, voire remerciée. Je n’ai jamais souhaité l’être, mais je me revois parfois, ce soldat-là, fonçant dans un mur cagoule sur la tête. Se répétant qu’il doit assurer, être à la hauteur des heures, surmonter la pression, atteindre les cibles, respecter l’échéancier, avec le sourire s’il vous plaît, se plaindre étant l’échec avoué. Parce qu’il est passionné de ce qu’il fait.

M’étant extraite d’une situation de harcèlement professionnel il y a juste un an et accusant encore les déformations de cette malheureuse expérience, traversée par certains sentiments, certaines pensées, des doutes quant à l’analyse précise de ce que j’ai subi et comment encore cela a pu prendre le pas sur ma clairvoyance et mon jugement, cet état d’urgence du personnel infirmier me touche au plus haut point. Par quelles justifications obscures laisser aller un système qui broie son monde au quotidien et dont tant dépend pourtant, socialement parlant ? Comment, individuellement, des responsables de ces dérives systémiques s’expliquent et assument les choix qu’ils prennent et dont ils savent, preuves à l’appui, qu’ils sont cruellement et à long terme nocifs ? Probablement, tout simplement, en effaçant le long et moyen termes, en retenant seulement la date de l’élection, en se racontant que les actes et politiques n’ont plus comme conséquences que des commentaires effaçables sur Facebook. Mais quand la vie d’autrui y passe… quand on est représentant des enjeux d’une société et des préoccupations d’une population… quand on insulte des années de recherche et de formation… ?

 

Références :

  1. « Les infirmiers et les infirmières haussent le ton », Le Devoir, 5 février 2018
  2. « À bas les heures supplémentaires obligatoires pour les infirmières », Le Devoir, 6 février 2018

  3. « Nous avons des solutions », Huffington Post – Blogue, 9 février 2018

  4. « Des demandes irréalistes de la part des infirmières ? Au contraire… », Huffington Post, 9 mars 2918

  5. « Les médecins spécialistes pourraient obtenir plus que les 2 milliards annoncés », Le Devoir, 17 février 2018

  6. « Des médecins ont honte de leur hausse de salaire », Le Devoir, 20 février 2018

  7. « Mieux traiter les médecins ne profite pas aux patients », Le Devoir, 7 mars 2018

  8. « Rémunération des médecins: le rapport Contandriopoulos est sans utilité, selon Gaétan Barrette », Le Devoir, 7 mars 2018

  9. « Un réseau de la santé soumis à une forme perverse d’autorité », Le Devoir, 17 mars 2018

  10. « Je suis Émilie », Le Devoir, 3 février 2018

  11. Idem Référence 9

  12. Idem Référence 2

  13. Note biographique
  14. La réaction du ministre Barrette à l’étude de l’équipe de recherche de Contandriopoulos est désarmante en termes de statu quo : « Pas besoin d’une étude pour montrer ça ». Idem Référence 8.