Archive

Danse

./* À propos de Passagers des 7 doigts de la main à la TOHU du 14 novembre 2018 au 5 janvier 2019

Grande compagnie à la reconnaissance internationale, habile à créer des univers thématiques auxquels les interprètes collaborent de leur histoire personnelle et multiculturelle, les 7 doigts de la main sont toujours accueillis avec beaucoup de chaleur et d’impatience à Montréal. Leur dernier bébé, Passagers, qui a pris l’affiche de la TOHU cette semaine et ce jusqu’en janvier l’année prochaine, ne dérogera pas à la règle de la convivialité. Et c’est avant même le chapiteau, dans l’entrée transformée en hall de gare, avec ses bancs et ses bagages, ses destinations fléchées et ses spectateurs en veille, que le public est invité au voyage.

passagers_titrage-1528831301

Nous sommes tous en mouvement, embarqués dans le long train de la vie, côte à côte et en route vers des destins imprécis. Cette image définit les grandes lignes du spectacle. Le décor est immersif (Ana Cappelluto), les projections vidéos (Jean Ranger) dessinent des paysages par les fenêtres des wagons, un éclairage cru à la perche (Éric Champoux) rappelle les lumières de lecture et les réverbères d’un transport de nuit. Les corps sont brinquebalés au rythme d’une rame de métro, partageant une proximité forcée, gérée avec agilité et maladresse feinte par la danse et l’acrobatie. Chacun porte son existence dans de lourdes valises, ses émotions dans des regards perdus à l’horizon, ses réflexions sur son passé et ses espoirs d’un avenir changé. Mais plongés dans une même lancée, celle d’avoir foncé vers un ailleurs, et piégés dans les incertitudes du présent, ces passagers se tiennent coude à coude, s’épaulent malgré eux, s’entourent les uns les autres pendant leurs numéros.

Sous la direction de Shana Carroll, les interludes chorégraphiques et théâtraux empruntent à Buster Keaton et Monsieur Hulot, à cheval entre la lassitude de l’attente et l’excitation du dépaysement. Ils parlent de la multitude des trajectoires qui se croisent, pour des raisons différentes, dans les trains, dans les gares, engagés sur des chemins contraires. S’ajoutent aussi des moments chantés a capella ou accompagnés au ukulélé. Pendant ce temps, les lieux se transforment (voies à perte de vue, champs de pylônes, panneaux d’affichage de villes), et les installations appellent de nouvelles performances. Hulahoop et cerceau, jonglerie, trapèze, mât chinois, acrobaties au sol et aérienne, tissus, équilibrisme, échelles humaines. Dans chacune d’elle, un personnage se démarque et son art devient une métaphore de son propre lien au voyage. Les autres présents sont des témoins, des observateurs, ils participent comme un habillage vivant de la prestation, mais somme toute chaque apatride inspire un certain isolement.

Au regard de précédentes créations, Passagers reste assez superficiel dans son propos. Peut-être parce que l’exil et l’impossibilité de rester en place sont des réalités très proches de la tradition circale (pensons à l’importance de la musique, des contes et des figures de foire chez les “gens du voyage”). Des scènes l’emportent d’une jolie concrétude banale, comme ces départs où l’on fait ses valises en pleine crise conjugale, en vidant les tiroirs de ses vêtements ou en adoptant un chandail préféré laissé derrière. D’autres jouent la symbolique dramatique, comme ce jeune voltigeur qui multiplie sans cesse les sauts dans le vide, incidents trop fréquents entre deux stations et responsables de retards dont on tait les raisons. Plus coloré, culturellement parlant, il n’y a étonnamment que ce jongleur à l’accent latino dont les tours élastiques ont la débrouillardise urbaine du petit gars grandi dans la rue. Il y a les gens abandonnés en arrière, ceux rencontrés par hasard aussitôt quittés, les compagnons encombrants, ceux qui ne trouvent plus de port d’attache.

image

(c) Shana Carroll

À plusieurs reprises, la pièce tente de stimuler quelques notions physiques sur la relativité, le rapport au temps et la vitesse de déplacement. Le didactisme est tourné en dérision par des circassiens qui simulent le manque d’éducation. Étrange façon de signifier que la richesse se cultive ailleurs, dans l’expérience, le frottement à la nouveauté. Ou que tout n’est qu’une question de perception, de point de vue. En réalité, les 7 doigts annoncent un parti pris du passage, de l’entre-deux avant l’arrivée. Nous sommes passagers d’un temps suspendu, détachés, en transit, désoeuvrés dans l’expectative ou l’illusion d’un avènement. Nous ne savons pas, au final, ce qui nous attend devant. La liberté qu’exprime plusieurs personnages est aussi un grand vide qui les habite intérieurement.

Marquée de plusieurs arrêts ou dérangements dans son déroulement, s’égarant dans quelques langueurs, la construction maintient tout de même une volonté dynamique et ludique, en particulier par ses musiques variées. Celles-ci portent à la fois les regrets du compositeur Raphael Cruz, proche de la compagnie disparu tragiquement en début de processus, et l’audace du directeur musical Colin Gagné qui a pris le train en marche. Elles flirtent avec la mélancolie de Tom Waits, Thom Yorke, ou le Saint Louis Blues de WC Handy revisités d’un swing festif.

À l’inverse de cette ligne droite vers une destination inconnue (ou la mort), du temps qui file sans retour en arrière, il y a le souffle de la locomotive, le son répété du rail, le cahotement qui fait entrer des silhouettes étrangères dans une communion physique. C’est cette respiration collective et sonore qui ouvre le bal et le referme sur une note presque réconfortante : que c’est un moment à traverser et que l’on n’est pas seul à avoir quitté le quai, qu’il y aura bien une arrivée, quelque part et ensemble. Et que l’on peut toujours se divertir du voyage, du vertige de ne plus appartenir à rien ni personne un instant.

./* Sur scène, une distribution jeune et talentueuse : Sereno Aguilar, Freya Wild, Louis Joyal, Conor Wild, Maude Parent, Samuel Renaud, Brin Schoellkopf et Sabine Van Rensburg

 

Advertisements

FTA 2018 du 26 mai au 7 juin ./* À propos du spectacle Dark Field Analysis de Jefta van Dinther (Suède, Allemagne, 2017) présenté au Théâtre Prospero

(Parution originale : DfDanse)

fta_book11

« Présence de soi : outil fou.
On pèse sur soi
On pèse sur sa solitude
On pèse sur les alentours
On pèse sur le vide
On drague. »
(« Comme pierre dans le puits », Lointain intérieur, Henri Michaux, 1938)

Dark Field Analysis agit comme une plongée hallucinogène dont on éprouve chaque sensation décuplée, les ruptures temporelles et la vibration des couleurs, les flous et les fulgurances. Cette intrusion aux profondeurs de l’être drague sa part sombre, autant mystère organique que noirceur de l’âme. Non dépressive, la révélation est davantage mystique, l’aveu d’un gouffre immense en soi quand on se noie dans la pupille de l’autre pour s’immiscer sous sa peau.

« On n’est pas seul dans sa peau » écrivait Henri Michaux (Qui je fus, 1927), poète et peintre, grande figure du surréalisme. Ce virtuose des mots tourmenté à l’os n’aura de cesse de sonder, à travers les voyages, l’imaginaire et les drogues, ce qu’il ressent d’étrange et d’étranger en lui-même. Il se détournera de « l’illusoire du dehors », aspiré vers son « lointain intérieur » peuplé de personnages fantastiques, de contrées sauvages, d’angoisses et de violences fascinantes. Plus réel que le réel, insistait-il. « J’écris pour me parcourir. Peindre, composer, écrire : me parcourir. Là est l’aventure d’être en vie » confie-t-il en 1950 dans Passages.

Aussi fasciné par le vivant, le chorégraphe et danseur Jefta van Dinther expérimente dans sa plus récente création un parcours initiatique : de soi à l’autre, de l’intérieur à l’environnement, du vécu au présent, du mouvant à la mort. Il emprunte la rencontre de deux corps à découvert, leur rapprochement et leur domestication, puis la délivrance cathartique de leur animalité. Le face à face de la conversation, pudique et presque machinale, glisse inéluctablement vers la chaleur, la fusion, la vulnérabilité de la confidence. « Dans les bras tordus des désirs à jamais inassouvis sera sa mémoire. » (« Qu’il repose en révolte », La vie dans les plis, 1949)

3_DarkFieldAnalysis_BenMergelsberg_5

(c) Ben Mergelsberg

« What I vividly recall is the colour red. » Dans un bain de lumière rouge sang, comme filmées à infrarouge, les silhouettes sœurs se déplacent en accéléré. Elles se reniflent, se défient et s’accordent sur un rapport de force, deux bêtes qui se croisent et instaurent un ordre immédiat. Elles sont aussi des microparticules qui s’agitent dans le sang en temps réel, captées par microscopie en champ sombre – la technique diagnostique non conventionnelle dont la pièce tire son titre, dark field analysis.

Dans son prologue déjà, le duel est sous tension et dégage une énergie sexuelle particulière, d’abord latente et qui exulte ensuite. On y lit le désir, le fantasme, la pulsion et l’instinct qui constituent la nature humaine. Et plus forts encore, les plaisirs érotiques et orgasmiques, l’érogénéité du corps et sa jouissance. Participent à ces sensations de « petite mort » la peur et le danger, la domination et l’abandon, la pénétration (physique et symbolique) d’un corps étranger dans son intimité.

(Parenthèse) S’interrogeant lui-même sur sa pratique, Jefta van Dinther se penche sur son passé et raconte : « I come from a religious background and my childhood years were full of people wanting to believe and wanting to connect, to make sense of life, and to experience something beyond this material world. Now I sometimes wonder if that’s why I got into choreography. Choreography is a way for me to encounter people, believe in something, even something beyond the material world. I realize now that many of my performances can be thought of as some kind of rituals, alternative ways of congregating. » (Fin de la parenthèse)

Plénitude, hypersensibilité et ivresse sont également les vertus de la consommation rituelle de peyotl pratiquée depuis des siècles en Amérique centrale à des fins cérémonielles, religieuses, thérapeutiques et médicales, et non inconnues de Michaux. Celui-ci plaçait dans la bouche de son personnage Plume ces mots : « Tout est drogue à qui choisit pour y vivre l’autre côté ».

L’expérience de la mort ou de l’accident, de même que la puissance de certaines intoxications, nous rapproche vertigineusement de la vie et de la conscience de soi. « It’s about the privilege to witness that moment when life suddenly departs from the body » répondra l’un des danseurs.

Le poète qui s’était rendu dans les années 1930 en Équateur, Asie, Espagne et Portugal, puis en Uruguay et Argentine, a consacré plusieurs écrits dont l’ouvrage Misérable Miracle à la description et à l’illustration des délires traversés sous l’emprise d’hallucinogènes. Il pointait le caractère artificiel du voyage : « Du clinquant, son spectacle. En plus il suffisait de se découvrir les yeux pour ne plus rien voir de la sotte féérie. L’inharmonieuse Mescaline, alcaloïde tiré du Peyotl qui en contient six, avait bien l’air d’un robot. »

Il est intéressant ce terme « robot » en écho à la gestuelle saccadée accompagnée de sons de machines programmées marquant la première phase du spectacle de van Dinther. Là où l’on attendait une critique des artifices technologiques qui concurrencent de leur virtualité les rapports humains et physiques, le Néerlando-suédois commente davantage une tendance chez l’homme à reproduire des comportements ou des conceptions systématiquement.

De même, le cœur du sujet n’est pas tant l’intelligence artificielle en plein boom actuellement et l’hybridation des espèces qu’elle implique, que la mécanique du cerveau et des fluides. La performance ne débute-t-elle pas sur cette question brute entre deux individus « What is your first memory? » qui les entraîne inévitablement sur le terrain incertain du souvenir et de la perception : est-ce que j’invente ? quel écart y’a-t-il entre le sens, l’interprétation, la conséquence traumatique ou déterministe accordée au vécu ? « Dès que j’écris, c’est pour commencer à inventer », avoue Henri Michaux.

1_DarkFieldAnalysis_©BenMergelsberg_1

(c) Ben Mergelsberg

D’autres parallèles curieux peuvent être établis entre l’œuvre de ce dernier et celle de Jefta van Dinther. Simples coïncidences ou résonances entre des trajectoires de vie intenses, ces liens poétiques soulignent le partage d’un langage sensible et saturé d’images monstrueuses (au sens d’extraordinaires). Lorsque dans une semi obscurité les corps nus rampent dans les plis d’un sol mouvant, viennent ces mots : « Paysage de la vie, non de la surface de la terre, paysage comme un drap tiré sur la tête ». Et sur la sublime finale d’une échelle humaine qui fait disparaître la tête dans le ciel : « Qu’est-ce que cet opaque partout ? C’est l’opaque qui a bouché mon ciel. Qu’est-ce que ce silence partout ? C’est le silence qui a fait taire mon chant. » (extrait de « Nous deux encore », poème hommage à sa femme disparue accidentellement dans un incendie).

Jefta van Dinther et ses collaborateurs fidèles, Minna Tiikkainen à la conception des éclairages et David Kiers à la conception sonore, recréent sur scène un trip hallucinatoire et sa partition rythmique et chromatique si particulière. Pour l’une : les ombres auréolées de vert de rouge sur l’ossature exposée, les contrastes anguleux dans des teintes livides de peau désertée par la vie, un vermillon sanguin et électrique de chambre noire, la lame d’un microscope dessinée en un cadre de fluos tranchants telle une chape de plomb orageuse. Pour l’autre : les voix amplifiées servant de guide sous hypnose ou psychotropes, les tressaillements épidermiques en réponse aux bruissements d’une nature luxuriante, le bourdonnement confus de la réalité qui se fond au songe. Et ce chant suprême, profond et dramatique, entre le râle animal et la plainte éthérée, dans la langue de PJ Harvey (The Slow Drug et Horses in my Dreams).

De la musique, les Passages de l’auteur ont décrit l’« appréciation des trajets. Descentes et montées, ascensions infinies dans l’abstrait (Le seul voyage intelligent l’abstrait) », en concluant : « Ainsi vous amène-t-elle tout naturellement à une identification, et à l’illusion d’un transvasement d’être à être. » Pris dans les mêmes high et down, le public s’abandonne aux remous, les sens éblouis, ressentant son poids puis son apesanteur, son inertie intérieure, avant de se dissoudre dans l’immatérialité du moment. Il mesure l’aura autour des êtres qui se cherchent, jusqu’à cette main posée délicatement sur le dos de l’autre, à son écoute. La danse – ses Déplacements Dégagements (1985) – traite les corps avec beauté et violence, elle les modèle et les renouvèle de façon presque surnaturelle, elle sculpte au présent. Les interprètes Juan Pablo Cámara et Roger Sala Reyner créent des apparitions bouleversantes. « What I remember is… » Une œuvre marquante, coupure vive qui laissera sa trace.

36e FIFA ./* À propos de Liminality de Matt Wright, Royaume-Uni, 2018 (sans dialogue, 35 min) et Dansen i Os de Helle Pagter, Danemark, 2017 (46 min)

fifa-36

Vision rétrécie

Liminality est pour le moins une œuvre de danse atypique qui vise l’éclatement. Éclatement des formes rassemblant sous le dôme de la SAT film 3D, danse contemporaine et performance musicale live. Éclatement des frontières et des cultures par le biais du contraste entre le dispositif technologique et l’exotisme de paysages industriels ou naturels captés à l’autre bout du monde. Éclatement des perspectives et de l’espace-temps entre la présence des corps et leur jeu d’échos avec ceux projetés. L’aventure a été menée de front par toute une équipe dévouée sous la direction du réalisateur Matt Wright, dont les chorégraphes Kim Noble et Manas Sharma, et le musicien Grey Filastine accompagné par Nova Ruth à la voix, et coproduite par Productions 4Pi et la SAT.

Forêt, architecture gigantesque, côtes du Pays de Galle et réalités indiennes, toutes ces effluves du monde tourbillonnent autour de danseurs interprétant des rituels conviviaux, sorte de perpétuation de liens humains en communion avec l’environnement peu importe le grondement de la Terre. Et bien que la chorégraphie en appelle à plus grand en termes de spiritualité et de 360°, tout demeure à un niveau ésotérique, relativement plat. La palette multiculturelle ne prend pas. Quant à la danseuse plongée dans la tourmente, prisonnière parmi les spectateurs et écrasée par ses hologrammes géants, ses jetés et ses rondes paraissent bien petits et vains.

36_Liminality

L’expérience liminale, de dissociation entre deux lieux, deux temps, deux réalités, l’existence physique et le ressenti psychique peut-être, a été pensée sur le papier avec beaucoup d’éléments donc la musique et le chant en direct, qui devraient en décupler la teneur sensorielle. Le résultat en salle n’est pas pour toucher tous les publics, et l’aspect chorégraphique est comme bien souvent le bât qui blesse. Les projections se poursuivent jusqu’au 31 mars.

Le regard haut tourné vers soi

Le moyen-métrage Dansen i Os (Danser en nous) de la réalisatrice danoise Helle Pagter est problématique et frustrant pour qui a déjà des doutes quant aux vertus libératrices de la discipline, de la rigueur et de la soumission qu’exigent le ballet et sa pratique. Ce documentaire choisit de suivre un petit groupe d’élèves en tutu de l’École du ballet royal danois, élu pour partir en Chine enseigner leur méthode d’apprentissage si spéciale héritée du chorégraphe Antoine-Auguste Bournonville. Ce fidèle danseur du Ballet royal, qui y a étudié et en prendra la direction à la suite de son père à la fin du XIXe siècle, voulait rétablir le rôle masculin à la hauteur de la ballerine.

Plusieurs couacs à cette production. La moitié du film se concentre sur la préparation, dans les studios de répétition de l’école à Copenhague. Que des filles, jeunes corps en collants roses et aux pommettes fragiles, se pliant sagement aux leçons de leur professeure Ann Crosset. Le nom vénéré de Bournonville scande chaque phrase, chaque geste et chaque idée dans un formatage absolument dérangeant. Le processus exige que tout interprète sonde son équilibre intérieur, ses pensées et ses peurs, ses réalisations et ses ambitions afin de se dédier pleinement, consciemment et sans aucune retenue à la danse. Quelques exercices supposeraient des sauts et des cris frisant un ridicule assumé, mais on parle bien là d’exercices, d’essais, pas d’une véritable expression de sa nature…

36_Dansen_i_Os

Quand, après des jours et semaines de bourrage de crâne, les princesses débarquent à l’Académie de danse de Pékin, auprès de danseurs et danseuses virtuoses et matures, accueillants et communicatifs mais avant tout respectueux et attentifs, le clash est visible. Les jeunes danoises sont généreuses et souriantes mais vraiment sérieuses et hautaines dans leur position d’enseignantes. Le chignon blond tiré à quatre épingles. Elles dirigent, elles contrôlent, détiennent la perfection et l’unique vérité du mouvement qu’elles transmettent sans aucun souci des personnalités et richesses qu’elles ont en face d’elles.

L’échange ne fonctionne que dans un sens, bien unique, bien hautain. Il faut dire qu’elles vont à bonne école depuis des années, en témoigne la montée de stress de Madame Crosset dès que son autorité se voit non pas défiée mais à peine ébranlée par la lointaine possibilité d’être remise en cause par l’expression de nouvelles façons, différentes, de faire. Non, la jeune professeure de Beijing n’aura aucunement raison d’avoir elle aussi pensé à une chorégraphie que les élèves pourraient conjointement s’approprier. Bournonville n’admet pas le sourcillement critique devra-t-elle apprendre.

Une drôle de manière d’entrevoir les bienfaits du voyage, de l’ouverture à l’autre, du grandissement de l’être par le biais de l’art et de la découverte. Y avait-il un semblant de contrepoint dans le récit documentaire (?), il échappe complètement à la lecture univoque et fermée de ce reportage sur l’École du ballet royal du Danemark.

 

 

./* À propos du film Le Redoutable de Michel Hazanavicius (France, 2017) présenté dans le cadre du 23e CINEMANIA du 2 au 12 novembre 2017

./* À propos de la pièce de théâtre Nina, c’est autre chose de Florent Siaud présentée du 1 au 5 novembre à La Chapelle Scènes contemporaines

Un grand écart de 68 à 76

On comprend sans difficulté que le festival CINEMANIA ait porté à l’honneur de sa 23e édition le réalisateur français Michel Hazanavicius (aussi producteur, scénariste, monteur, acteur, pour la télévision et pour le cinéma), mondialement reconnu suite au succès triomphal de The Artist en 2010, de retour à Cannes en 2014 avec The Search en compétition, et cette année avec une comédie biographique plus qu’attendue sur Jean-Luc Godard et le tournant historique 1967-1968 : Le Redoutable.

Rétrospective de plusieurs films, classe de maître et rencontres à l’appui, quand il monte sur les planches de l’Impérial pour introduire son long-métrage, c’est un homme plein d’aisance, d’humanité, d’aplomb et d’humour, mais aussi empreint d’un fin mélange d’humilité et d’assurance qui prend la parole. Il ne faut pas avoir peur de la comédie, du cuisant 68, du légendaire Godard. Il faut faire ce en quoi l’on croit, s’entourer des personnes pertinentes, oser le sourire et le clin d’oeil à l’histoire. Après visionnement on peut dire que ce grand du 7e art a découvert une plage sous les pavés jetés, sorte de fascination apaisée pour son sujet, faisant la part belle à la filmographie, aux faits ainsi qu’au récit autobiographique d’Anne Wiazemsky alors la conjointe de JLG, intitulé “Un an après”.

le_redoutable_0

Sans rapport si ce n’est le rapprochement de dates, le Français Florent Siaud, jeune dramaturge à la carrière remplie, partagé entre le monde du théâtre et celui de l’opéra, s’est frotté à de multiples oeuvres d’envergure (La Mort de Tintagiles de Maeterlinck, Didon et Enée de Purcell, avant cela Les Noces de Figaro de Mozart pour n’en citer que quelques unes) auprès de créateurs de haut calibre (d’ici, Robert Lepage, Denis Marleau, Brigitte Haentjens). Il cofonde en 2010 Les songes turbulents (avec Pauline Bouchet), compagnie à cheval entre Grenoble et Montréal à l’origine du 4.48 Psychose en 2016, solo de Sophie Cadieux sur un texte de Guillaume Corbeil directement inspiré de Sarah Kane pour lequel Florent Siaud signait la mise en scène. Tôt, les critiques québécois reconnaissent en lui une promesse de renouveler la scène, un pari que sa récente création Nina, c’est autre chose peine à relever.

Nina conserve des années 1970 une garde-robe. Elle ne conçoit pas ses rapports sentimentaux selon les règles du tango. Elle entend parler de racisme, de harcèlement au travail et de montée du chômage mais n’en pense rien de spécial. Au mot « politique » elle se met à poil. Elle ne fait pas la cuisine, pas le ménage, pas la révolution. Elle change dix fois de costumes sans endosser aucun rôle. Nina, au final, c’est pas grand chose. Adaptée de “Pièce de chambre” de Michel Vinaver (1976), ce journal de colocation suit l’emménagement soudain (et le départ tout aussi impulsif) de sa protagoniste chez deux frères habitant l’appartement de leur mère récemment disparue.

Bande-annonce du spectacle

Ni la classe

Nina, c’est autre chose a été développé en début d’année en France et démontre sur plusieurs plans une volonté de se distinguer dans la manière de faire. Par exemple le duo Doble Filo, d’abord caché puis apparaissant en notes et ombres chinoises avant de gagner l’avant-scène comme figurant, ponctue le bal d’irrésistibles tangos. Parti pris pour ce que la musique a à dire au-delà des mots, la pianiste Chloé Pfeiffer et l’accordéoniste Lysandre Donoso apportent une belle fougue à la construction.

Cette énergie, typiquement latine et pleine de caractère, devrait sans doute dialoguer et danser avec le personnage principal « Nina », figure d’une fraîcheur effrontée et libertine. En réalité, la sensualité et l’élégance de l’une ne fait qu’accentuer la superficialité voire la vulgarité de l’autre. Le trio d’acteurs composé de Eugénie AnselinÉric Bernier et Renaud Lacelle-Bourdon intègre bien dans son jeu quelques pirouettes et pas engagés pour suivre le tempo, sans brio. La présence du tango est riche et forte mais malhabilement utilisée, à contre-emploi de son essence. Une valse à 20 ans peut-être, mais un tango à 3 tout fout le camp. Et d’une danse tout en séduction et tensions, d’une rigueur angulaire, les rapports humains sur scène dégoulinent en frivolités.

Ni le vécu

C’est probablement l’écart le plus problématique de cette proposition théâtrale : le manque de consistance historique et sociopolitique. Le texte de Michel Vinaver, dépouillé de son contexte post-68 pour n’en garder que quelques dates de 1976 marquées à la craie sur un mur de cuisine, est assez pauvre. Car tout ce qu’il pourrait porter en lui de libertés acquises et d’espoirs déçus, de changements des moeurs et des cadres d’autorité, disparaît derrière une anecdote édulcorée de triangle amoureux.

538-104240-imagepage

Nina, c’est autre chose (c) Julien Benhamou

En parallèle et en avant-première, Le Redoutable du réalisateur Michel Hazanavicius met en scène un incomparable Louis Garrel dans le rôle d’un Jean-Luc Godard féru de révolution et d’Anne Wiazemsky (l’actrice est décédée le mois dernier – interprétée par Stacey Martin), alors que les émeutes étudiantes et ouvrières battent leur plein dans les rues de Paris. Par l’ingénieux détour de la comédie et du drame amoureux, l’oeuvre ne manque en aucun cas d’aborder la radicalité des idéologies et comment celle-ci déteint sur l’organisation de la société et les logiques individuelles. Qui plus est l’artiste est indissociable de sa mission politique : son art – pas juste ses films, mais ses sujets, ses moyens, ses méthodes – est un manifeste. (C’est à cette même époque bousculée que Michel Vinaver choisit de mener de front une carrière de PDG au sein de la multinationale Gillette, s’assurant ainsi les moyens pécuniaires de poursuivre l’écriture.)

Ni la verve

Chaque plan filmé, chaque échange contient un double-sens cinématographique, les graffitis crient le grondement de l’histoire ou la réplique que les acteurs évitent, la vérité simultanée ou à venir que tous nient. Chaque situation dispute son mélange de caprices du quotidien et d’ironie des événements. Godard, perfectionniste et tyran de plateau, star malgré lui d’un genre à part et élitiste, qui créait des personnages anticonformistes au point de devenir des idéaux radicaux de son école à lui. Godard engagé envers une liberté sauvage et asociale. Politisé à devoir en cracher sur son talent, à bannir l’étiquette et la reconnaissance de son intransigeance esthétique. Passionné éperdu, solitaire fini, qui finit par s’égarer momentanément.

Pied de nez en abîme que de faire de cette période française, des chamboulements mondiaux en écho, des théories de l’art et des doctrines communistes, d’un réalisateur à l’oeil révolutionnaire, d’une histoire d’amour pas banale prise à son point tragique (la disparition du sentiment), une oeuvre légère, drôle et magnifique, subtile et presque évidente tout en demeurant impliquée véritablement et viscéralement au coeur des faits. Témoin d’un élan du coeur, des idées, de la créativité et des armées en mouvement, l’intrigue a beau être romancée, elle est bouleversante.

le-redoutable-louis-garrel-rigole-avec-godard

Nina

Pour en revenir à Nina…, malgré des allusions (slogans, symboles, affaires de harcèlement et licenciement, racisme ambiant), le politique est faussement présent. Peut-être devait-on deviner dans les remous de ce triangle intime des dynamiques de pouvoir et de remaniement des hiérarchies ? Les liens de fratrie, la disparition maternelle et les sentiments entre les trois protagonistes sont trop peu crédibles pour qu’on leur confère une interprétation double. Il en résulte davantage un essai esthétique, une reconstitution des années 1970 d’après une enfilade de costumes bruns et jupes à fleurs, manteaux de poils et agencements criards (Jean-Daniel Vuillermoz).

Bien sûr, la révolte des années 1960 est assez loin, l’audace émergente de la Nouvelle Vague essoufflée, les guerres d’indépendance cèdent le pas à la mondialisation des marchés financiers. Mais qu’il ne demeure de cette décennie mouvementée qu’un zeste d’émancipation en la personne d’une jeune femme délurée et peu articulée fait mal à l’histoire d’une certaine façon, du moins nous enseigne peu sur les contextes et leurs développements.

Possiblement : 1976 n’est qu’un décor planté, parce que somme toute Nina, c’est autre chose. Dans ce cas, le personnage est plat malgré sa nature colibri et colorée. L’interprétation est une faible réplique d’une désinvolture authentique de par le passé, et réfléchie. Là où Le Redoutable de Michel Hazanavicius joue des codes du cinéma et des voix-off, de l’insoumission de l’acteur envers son rôle, et du développement de l’industrie du divertissement (soit un regard critique sur le médium, le milieu et ses évolutions), la création des Songes turbulents se limite au vaudeville. Il y a le voeu d’une certaine immersion dans un temps démodé, fait de motifs à grandeur de plateau, d’unités d’appartement modulables (scénographie de Philippe Miesch et lumières de Cédric Delorme-Bouchard) et d’un mélange de styles mettant le tango au service de la comédie musicale. Ce métissage hétérogène n’est un éclairage neuf ni pour la scène d’aujourd’hui ni sur la philosophie d’alors.

539-104248-imagepage

Nina c’est autre chose (c) Julien Benhamou

Pour dernière comparaison, pensons à l’intelligent et sensible Nos serments de Julie Duclos présenté au FTA 2016, adapté librement de La Maman et la Putain de Jean Eustache. À un demi-siècle d’écart, la jeune troupe de L’In-quarto tissait des ponts signifiants entre les époques et les générations, confrontant le regard d’un Guy-Patrick Sainderichin, réalisateur sexagénaire, à celui de la metteure en scène et de ses comédiens à peine trentenaires, dans une construction entre tournage de film et plateau de théâtre. Là encore, les relations entre les personnages et leurs questionnements intérieurs étaient nourris de plus de psychologie et surtout d’un bagage politique et philosophique élaboré. Et le rapprochement entre les différents jeux – de l’écran et de la scène – amenait un apport critique de chaque médium. 

Autant de matière dont Nina s’est visiblement délestée dans sa quête d’insouciance et de légèreté. Autant de complexité et de contradiction qu’Hazanavicius catalyse à travers Godard, réalisant une fois de plus une pirouette habile sur l’histoire du cinéma lui-même.

(Contenus révisés. Parution originale courte sur dfdanse.com)

 

COUPS DE THÉÂTRE 2014 13e édition ./* Spectacle d’ouverture L’Éveil de la compagnie Le Fils d’Adrien danse

Les Coups de théâtre 2014 se sont achevés ce dimanche, alors qu’ils débutaient, une semaine plus tôt, à l’occasion de la création mondiale de la pièce L’Éveil de la compagnie québécoise Le Fils d’Adrien danse, chorégraphie d’Harold Rhéaume mise en scène par Marie-Josée Bastien. Une production pour adolescents attendue, mélange de danse, théâtre et vidéo, pour laquelle on pouvait d’office regretter qu’il y ait trop d’invités et pas assez de public cible dans les rangs.

La programmation d’un spectacle de danse en ouverture du festival était un choix réfléchi et tout à fait assumé de la part du directeur Rémi Boucher, qui soulignait en entrevue l’engagement des Coups pour la présentation d’autres formes complémentaires au théâtre, et son respect de la danse comme une ouverture à d’autres langages que le parler. Dans le cadre de L’Éveil, une création destinée aux 13 ans et plus, le mouvement est d’autant plus justifié et efficace qu’il s’adresse aux adolescents sur un registre qu’ils vivent au quotidien: celui de l’énergie, de l’action, de l’ambition de bouger et d’entreprendre. C’est d’ailleurs cet angle, général et émotionnel, qui offre au spectacle une certaine justesse de ton et une originalité d’approche. Des anecdotes précises y sont abordées, telles que le départ de la maison familiale, les premières relations, le questionnement de son image physique ou des déceptions amicales marquantes. Plutôt que d’être caricaturées pour une catégorie de 12-17 ans, dont on moque souvent des comportements types, elles sont déclinées entre les six interprètes, s’appropriant autant de façons de vivre leur âge et son intensité.

Par couple, isolés ou en groupe, ils sont tour à tour confrontés à des situations d’éveil – communautaire, politique, sexuel, des sentiments ou de la conscience – face auxquelles ils réagissent instinctivement, en fonction de leur caractère, la personnalité qu’ils se donnent et ceux qu’ils souhaiteraient être, projetés dans un monde adulte. L’un démontre un attachement facile, une autre de la méfiance, un autre un esprit de conciliation naturel qui lui fait contourner les conflits et problèmes. Certains d’eux sont explosifs là où d’autres s’éloignent en solitaires ou se contiennent et s’effacent. Ces traits de caractère qui traversent les mises en situations sont autant des indicateurs du milieu dans lequel ils ont grandi que des signes annonciateurs de la façon dont ils traverseront les épreuves à venir, et des individus qu’ils se préparent à être inconsciemment. S’y lisent à la fois les prémisses de « patterns », les modèles qu’ils fuient, les idéaux nourris et surtout l’élan qu’il leur faudra apprendre à maîtriser. S’y dessine aussi l’authenticité de leur personne et les valeurs enracinées qui guideront leur être en devenir cerné par un horizon de possibles.

Alors que le choix des tableaux démontre une sélection laborieuse et somme toute pertinente, et que les portraits dressés prennent forme, relief et sens au fur et à mesure d’une dramaturgie impressionniste, le discours (qui débute la pièce) et le mouvement s’avèrent les pièces faibles de l’ensemble. Peu d’éloquence, voire de la gratuité et du cliché dans les deux. Ils sacrent pour mieux toucher ? Pètent les plombs ou s’unissent en un ballet jazz collectif ? Ces recettes trop vues, servies sur le ton de l’impulsion qui distingue le spectacle, sonnent faux, faciles et ennuient. C’est totalement l’inverse avec l’inventivité scénographique (collaboration de la metteur en scène avec Christian Fontaine), la construction des éclairages (Antoine Caron) et l’accompagnement filmique d’une qualité détonnante (Éliot Laprise). Le travail musical de Josué Beaucage cherche aussi à s’affirmer, par des ambiances cinématographiques relativement fortes et des thèmes instrumentaux narratifs, même s’il ne défend pas tout à fait son originalité face au punch de son style. Heureusement la dérive pop commerciale a été évitée.

Séduisant et travaillé, le décor s’est calqué en métaphore du propos. Autant la vidéo pouvait ouvrir des portes vers de grands espaces verts de liberté à explorer d’une course folle, autant les spots-parapluie pouvaient se resserrer sur un individu enfermé dans sa cage psychologique, en introspection, lumières vers lui. L’image de cases préformatées impossibles à occuper, également de succession d’expériences ou de choix existentiels déterminants revenait souvent, par le biais des divers éléments de scène (son, lumière, film) ou des combinaisons de corps dans l’espace (moins lisible).

Particulièrement fragile quant aux messages conviés – en ce qui a trait par exemple au traitement abstrait de la sexualité ou de l’engagement idéologique, ou encore à la prise de conscience du temps et de l’important, visiblement plus tardive que la période évoquée ici -, L’Éveil est à prendre tel quel, dans sa nature inconstante, papillonnante, futilement sérieuse. Tout y est touché en surface et rien n’est approfondi, car plus qu’un événement et une réaction singuliers, il s’agit d’une posture caractéristique quel que soit ce qui advient. Un passage obligé par un foisonnement d’émotions ingérables, qui force à tester des directions, des convictions, et faire des erreurs. Et ce qui demeure de toutes ces orientations somme toute hasardeuses et zélées, ce n’est ni leur radicalisme (discours suicidaire, dévouement affectif) ni leurs conséquences irréparables, sinon la perméabilité au moment présent et la vivacité de son expérience. Ce ne sont pas tant les actes qui sont décisifs que leur idée, leur limon générationnel, le berceau de commencements de vie et de fins du monde en chaîne auxquels, simplement, survivre. Et se rendre à l’âge adulte qu’on rejetait en ayant fait ce qu’il aura fallu, sans trop de casse ni d’aliénation de cette force vive incarnée. Un puissant cri de liberté, avec tout ce qu’il comprend de vertige et d’inconnu.

Avec Jean-François Duke, Gabriel FournierOdile-Amélie Peters, André Robillard, Claudiane Ruelland et Ariane Voineau.